Rue du Sang
  • Éditeur québécois

Portés par le vent de liberté qui souffle sur le Bas-Canada, Gilbert et Vitaline poursuivent l’aventure de leur existence. Tandis que de douloureux secrets de famille sont mis au jour, le frère et la sœur tricotent leur destin. Le premier aspire au choc amoureux et à l’ivresse des sens ; pour y parvenir, il ne prendra pas un chemin de tout repos. De son côté, la jeune femme est dotée d’un tempérament imaginatif et d’une âme d’artiste. Pour elle, certains hommes sont des œuvres d’art ambulantes, dont elle voudrait mirer le galbe de près. Celui qui occupe toutes ses pensées, c’est un Irlandais, journaliste et médecin…

Pendant ce temps, une décennie mouvementée s’amorce, celle des années 1830. Le pays tout entier soutient ses défenseurs et un optimisme de bon aloi règne parmi les fiers citoyens. Sauf que l’oligarchie de tyrans locaux refuse de perdre les privilèges à la source de son opulence. Ces profiteurs sont déterminés à abattre le ­château-fort patriote, celui de la Chambre d’Assemblée, et à entraver la mobilisation des démocrates qui dénoncent et pétitionnent. Une impitoyable mécanique de répression a été mise en place. En 1832, les Bureaucrates n’hésitent pas à en faire jouer tous les rouages, ce qui fera couler le sang d’innocents Canadiens.